Bébés siamois : 10 heures d’opération pour séparer Boubacar et Hassan

Nés siamois, deux petits bébés ont été séparés à l’hôpital Necker à Paris, après une opération de plus de 10 heures. Plus que la prouesse médicale, c’est l’incroyable mobilisation qui est à souligner.

C’est le 12 janvier, en Guinée, que Fatoumata met au monde Boubacar et Hassan après un accouchement périlleux, une naissance qui tenait au miracle. Les deux bébés siamois pesaient 5,6 kg à eux deux.

En Guinée, où une telle naissance n’était jamais survenue, tout le pays s’est mobilisé, jusqu’au sommet de l’État. La Première dame s’est notamment impliquée personnellement.

Dans un reportage exclusif de TF1, il est montré toute la préparation de l’opération de séparation des deux bébés qui avaient en commun une portion d’intestin et étaient reliés par le foie, mais aussi le transfert en France puis l’opération à l’hôpital Necker à Paris le 26 mai dernier.

Après une opération qui a duré plus de 10 heures, Boubacar et Hassan sont désormais séparés. Ils vont bien aujourd’hui, les chirurgiens leur promettent une vie normale.

Si cette histoire est une prouesse chirurgicale, c’est aussi et surtout le résultat d’une formidable chaine de solidarité menée à bien grâce au mouvement de solidarité organisé par l’association « La chaîne de l’espoir ».

Fatoumata et l'un de ses bébés, quelques jours après l'opération.
Fatoumata et l’un de ses bébés, quelques jours après l’opération.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLevi Strauss et Google : un partenariat autour des vêtements connectés
Article suivantSauvegarde de données électroniques sur du plastique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here