Bebop Drone : lorsqu’un drone s’invite dans le sport extrême

Ce n’était qu’une question de temps avant que les drones ne s’invitent dans les sports extrêmes. C’est le cas dans la vidéo proposée par les Flying Frenchies.

Les Flying Frenchies sont un groupe de casse-cous notamment connu pour avoir joué les funambules entre deux montgolfières. Dans le but de sceller leur partenariat avec la start-up française Parrot, qui a conçu le Bebop Drone, les casse-cous proposent une nouvelle vidéo.

Le gros avantage des drones est de pouvoir se situer au cœur de l’action pour pouvoir capturer des images incroyables et insolites sans recourir à un hélicoptère, une équipe de tournage et d’importants moyens techniques et budgétaires de production, c’est la démonstration que font les Flying Frenchies.

C’est dans un somptueux décor de falaises que les trois comparses décident de s’adonner à du sport extrême sur une corde et avec un trapèze. Si le drone a bien évidemment servi à immortaliser certaines scènes, il s’est fait lui-même l’acteur de certaines autres scènes, prouvant ainsi que les drones ouvrent de nouvelles postes à la création cinématographique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNetflix met le holà aux VPN
Article suivantFacebook : une rétrospective de l’année qui dérange

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est toujours intéressant d’avoir plusieurs angles de vue pendant un truc comme cela. Déjà, il y a les cam embarqués des jumpers, ceux des hélico et un autre plus avec les drones. Reste à bien régler la vitesse du drone pour pouvoir suivre le saut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here