Belgique : Renault retire les vidéos « sexistes » pour la nouvelle Twingo

Pour promouvoir sa nouvelle Twingo 2014, Renault a osé utiliser des clichés sur les femmes, un message publicitaire jugé trop sexiste ! Le constructeur a finalement fait marche arrière en retirant ces pubs.

Face aux Peugeot 108, Toyota Aygo, Citroën C1, Smart Fortwo, Smart Forfour et autres, Renault se devait de se démarquer pour promouvoir sa nouvelle Twingo 2014. C’est de cette manière que Renault Belgique a imaginé une campagne accumulant les clichés sur les femmes.

Par exemple, une des vidéos présente une conductrice s’immobiliser sur un rond-point. Elle sort alors une serviette hygiénique pour y écrire « Sorry ! » avec son rouge à lèvres, suivi de son numéro de téléphone.

La campagne de Renault Belgique s’appuyait également sur des cartes, à gratuitement commander, qui proposent différents messages comme « N’enlevez pas ma voiture SVP ! J’ai des hauts talons… », « Désolée, comme je suis un vrai danger au volant, j’ai préféré laisser ma voiture ici », etc.

Le cumul des vidéos et des cartes fait que l’opinion publique belge a créé une polémique contre le message publicitaire de Renault jugé trop sexiste. Très vive, cette réaction a d’ailleurs poussé le constructeur à retirer ses trois vidéos publicitaires et sa campagne de distribution de cartes.

Pour finir, si Renault Belgique a du faire amende honorable en cessant sa campagne, cette campagne est quelque part un succès vu les retombées qu’elle a eu, bien au-delà des frontières.

Renault Twingo 2014 : des vidéos sexistes en Belgique ?
Renault Twingo 2014 : des vidéos sexistes en Belgique ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAndroid : Google corrige très rapidement une faille critique
Article suivantFacebook : sa boutique de cadeaux fermera le 12 août !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here