Bing Maps : les images en temps réel de 35 000 caméras pour connaitre l’état du trafic

Connaitre l’état du trafic en temps réel est ce que propose la dernière version de Bing Maps, une mise à jour qui ajoute 35 000 caméras de trafic.

Microsoft propose une nouvelle mise à jour de Bing Maps, son application de cartographie. La principale nouveauté est l’ajout des images en temps réel de 35 000 caméras de trafic, ce qui permet à l’utilisateur qui planifie un déplacement de connaitre l’était de la circulation.

Les 35 000 caméras en question ne sont pas uniquement situées aux États-Unis, mais dans 11 pays, compris des pays européens tels que l’Espagne. La firme de Redmond ne précise pas si cet ajout est unique, ou s’il est prévu que d’autres caméras, dans d’autres pays, soient ajoutées par la suite.

Un code couleur pour connaitre l’état du trafic

Hormis les images des caméras, Bing Maps a droit à des informations sur l’état du trafic à l’aide d’un code couleur, du rouge au vert, qui signale si un tronçon est encombré, modérément surchargées ou si le trafic est fluide.

Par le biais de l’algorithme Clearflow, l’appli de Microsoft propose des prévisions sur l’état du trafic, ce qui permet de préparer un itinéraire à l’avance. Il est aussi possible d’obtenir l’historique des itinéraires visualisés.

Une fonctionnalité que pour les États-Unis pour le moment

Même si Bing Maps intègre des caméras de trafic d’Espagne, ces nouvelles fonctionnalités ne sont pour le moment disponibles qu’aux États-Unis. Vu leurs utilités, il est souhaitable que ces nouveautés arrivent rapidement de ce côté de l’Atlantique.

bing-maps-trafic

Est-ce que les informations du trafic sont importantes ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBouygues Telecom annonce la VoLTE, des appels via le réseau 4G
Article suivantDell : pas un, mais deux certificats qui compromettent la sécurité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here