BlackBerry : est-ce que le rebond durera ?

Le constructeur canadien RIM, aujourd’hui rebaptisé BlackBerry, compte sur son BlackBerry 10 pour rebondir. Va-t-il y parvenir ?

Leader incontesté des smartphones il y a encore quelques années, principalement du côté des professionnels, BlackBerry a traversé un sérieux passage à vide par manque de renouvèlement vis-à-vis de la concurrence au point que cette concurrence supplante la firme canadienne. Depuis la sortie de son BlackBerry 10, tout semble repartir comme avant, mais… le monde a changé.

La sortie de BlackBerry 10 a permis de relancer le fabricant canadien sur le marché des smartphones. Aujourd’hui dominé par les appareils Android et iOS, la donne a pourtant radicalement changé. En effet, avec l’avènement du BYOD (abréviation de l’anglais « Bring your own device » soit « Apportez vos appareils personnels »), le marché professionnel de la mobilité s’appuie de plus en plus sur les appareils des utilisateurs et non plus sur ceux imposés par les sociétés.

Ce revirement de tendance fait que les portes du marché professionnel, selon une approche au niveau de la firme, se referment et qu’il est désormais nécessaire de séduire le grand public pour espérer entrer dans les entreprises.

Malheureusement pour BlackBerry, Apple, Samsung et les autres concurrents semblent avoir pris une considérable avance au niveau du grand public en dominant outrageusement le marché.

Si les ventes de BlackBerry ne peuvent que croitre par rapport à son passage à vide, il est tout aussi certain que les chiffres n’atteindront pas la splendeur d’antan. Cela signifie donc aussi, sans vouloir condamner BlackBerry, que rebond il y a, mais que son retour sur la scène technologique ne sera que limité.

Au final, BlackBerry doit donc espérer un miracle pour assurer un rebond notoire, mais est-ce que celui-ci aura lieu ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSécurité : Microsoft recherche des chasseurs de primes
Article suivantRéseaux sociaux : pourquoi ne pas miser sur l’anonymat ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Belle analyse, pondue à peine 5 mois après le lancement du 1er terminal de cette nouvelle plateforme ..

    Deux modèles seulement sont sortis en OS10 alors que la roadmap en prévoit 6 pour l’année 2013 (dont le Q5)

    Et en affirmant « Depuis la sortie de son BlackBerry 10, tout semble repartir comme avant, mais… le monde a changé », vous semblez penser que BlackBerry ne peut vendre qu’à des professionnels : sur quels chiffres vous appuyez vous ?

    BlackBerry a annoncé avoir vendu 4 millions de Z10 sur les 4 premiers mois de l’année (donc en 3 mois, vu le lancement fin janvier);

    Déjà 2 versions de l’OS (10.0 et 10.1), la 10.2 annoncée pour l’été

    Cette entreprise est loin d’être dans les difficultés que vous semblez vouloir lui attribuer, et fait tout son possible pour innover, chose que ces concurrents ont oublié à force de se concentrer sur les procès qu’ils s’attentent mutuellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here