BlackBerry : la descente en enfer continue sur fond de licenciements

Alors que BlackBerry fait tout pour tenter de redresser la barre, la descente en enfer se poursuit avec l’annonce du licenciement de 4 500 employés.

La sortie de BlackBerry 10 était censée sortir BlackBerry de l’ornière. Les semaines et les mois passent, mais la situation financière du groupe canadien ne cesse de se dégrader sur un marché des smartphones plus concurrentiel que jamais.

Avec une perte d’exploitation de près d’un milliard de dollars au 2e trimestre de son exercice achevé le 31 août, la situation financière de BlackBerry est plus que préoccupante.

S’il est vrai que ce déficit abyssal résulte d’une provision pour charges exceptionnelles de l’ordre de 930 à 960 millions sur des stocks de téléphones non écoulés, les pertes s’élèvent tout de même à plus de 250 millions de dollars hors éléments exceptionnels.

Si la firme canadienne a annoncé étudier « tous » les scénarios possibles, compris une vente partielle de la société, en août dernier, la direction du groupe annonce dorénavant son intention d’encore plus se serrer la ceinture. Si BlackBerry employait près de 20 000 employés à ses heures de gloire, l’effectif était passé à 12 700 en mars dernier, et il pourrait être drastiquement revu à la baisse dans les mois à venir.

En effet, ce sont quelque 4 500 licenciements qui viennent d’être annoncés pour une tentative de réduire ses dépenses opérationnelles d’environ 50% dans les mois à venir.

Si la sortie de BlackBerry 10 et de sa gamme de téléphones n’a pas réussi à enrayer le déclin de BlackBerry, quelles options reste-t-il ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentProcesseur A7 : la contribution de Samsung à l’iPhone 5S
Article suivantiOS 7 : vers un déploiement fulgurant ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here