BlackBerry : pourquoi pas sous Windows Phone ?

Confronté à une situation économique délicate, RIM pourrait envisager de se séparer de certaines de ses activités, ou de perdre son indépendance. Dans cette idée, un rapprochement avec Microsoft ne serait pas à exclure.

Pour relancer ses activités, RIM misait sur la sortie de BlackBerry. Malheureusement, sa sortie est une nouvelle fois reportée et ne sera pas prête avant 2013. C’est un coup dur pour le groupe canadien qui doit faire face à des résultats financiers catastrophiques.

À en croire Reuters, les actionnaires de RIM mettent sous pression la direction pour envisager toutes les options possibles pour accélérer la sortie de la crise. Pour y arriver, Reuters évoque deux pistes.

Celle qui consisterait à vendre son réseau propriétaire intégrant les services de messagerie et d’accès au Web, dans l’optique d’une ouverture de celui-ci à d’autres fabricants de smartphones. RIM accepterait ainsi de s’en remettre à l’acquéreur de ce réseau pour le service, et se contenterait de concevoir et vendre des terminaux BlackBerry. Ce qui pourrait toutefois permettre à d’autres fabricants de venir le concurrencer sur son marché…

L’autre solution consisterait en une alliance de RIM avec Microsoft, avec l’installation de Windows Phone 8 sur les BlackBerry ! On sait Microsoft est soucieux de tout mettre en œuvre pour agrandir rapidement le parc de Windows Phone. En échange, la firme de Redmond pourrait entrer au capital de RIM, ce qui règlerait immédiatement une partie de ses problèmes financiers en fonction de la taille du chèque signé.

Ce ne sont que des éventualités pour le moment, mais ne dit-on pas « Aux grands maux les grands remèdes ? ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : accort financier en Chine pour le nom « iPad »
Article suivantInstagram : après les smartphones, le web !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here