BlackBerry se fixe un ultimatum

L’avenir des smartphones BlackBerry semble désormais fixé. Si la division hardware n’est pas rentable d’ici l’année prochaine, elle sera arrêtée.

BlackBerry pourrait bien quitter le marché des smartphones, ce que vient d’annoncer John Chen, le PDG de la marque canadienne. C’est à l’occasion d’un événement Code/Machine qu’il a fait cette annonce.

Concrètement, il a indiqué qu’il est nécessaire que la division hardware soit rentable d’ici l’année prochaine, c’est-à-dire atteindre l’objectif de 5 millions d’appareils vendus par an, pour éviter d’être fermée.

En annonçant cet ultimatum pour les smartphones BlackBerry, John Chen démontre que le sujet de l’arrêt de leur production n’est plus tabou. Cela démontre également que l’intention de la marque canadienne serait de se focaliser ses activités rentables, à savoir la sécurité et les services sur mobile qui sont lucratifs et populaires auprès des entreprises.

Sans présager de l’avenir des smartphones BlackBerry, la dure réalité du marché nous fait remarquer que le dernier rapport financier indique que seulement 800 000 téléphones ont été vendus au cours du troisième trimestre de cette année. Il s’agit certes d’une période où les ventes sont traditionnellement faibles, mais il s’agit tout de même d’un résultat qui pourrait compromettre l’avenir de la division hardware.

L’espoir réside en fait dans le Priv, ce smartphone BlackBerry qui fonctionne avec Android et qui devrait prochainement être annoncé. Le pari semble audacieux. C’est pourtant sur ce seul smartphone que semble véritablement reposer la survie de BlackBerry en tant que fabricant de smartphones.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBlind Legend : un jeu exclusivement sonore à la portée de tous, même des non-voyants
Article suivant#chipgate : vrai ou faux débat sur l’autonomie de l’iPhone 6S ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here