BlackBerry va passer à Android

Est-ce que BlackBerry 10 est mort ? C’est ce que laisse penser quatre sources qui parlent d’appareils BlackBerry sous Android.

BlackBerry comptait sur son système d’exploitation BlackBerry 10 pour redresser la barre. Le constat est que cette stratégie est un échec vu que les parts de marché n’ont pas décollé comme souhaité. Dès lors, le fabricant canadien songerait à passer à Android.

Ce sont quatre sources proches du dossier qui annonce cette intention, une migration qui est prévue pour cet automne déjà.

Ces sources, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, confient que les objectifs fixés pour BlackBerry 10 n’ont pas été atteints. Pour cause, ses parts de marché sont restées sous la barre de 1%. C’est pour cette raison que l’idée serait de recentrer ses activités sur la gestion des logiciels et des appareils, et de passer sur Android pour ce qui est du système d’exploitation.

Un premier téléphone BlackBerry, coulissant, sous d’Android serait ainsi prévu pour cet automne, un smartphone qui serait équipé d’un clavier tactile et d’un clavier physique. Le but de BlackBerry est de capter une clientèle qui ne trouve pas chaussure à son pied avec les appareils actuellement sur le marché, tout en permettant à ses utilisateurs de profiter du large choix d’applications proposé pour le système d’exploitation de Google.

La question qui se pose va bien évidemment être de savoir si ce passage à Android va signifier la mort de BlackBerry 10 ? La réponse est certainement oui.

L’avenir de BlackBerry pourrait passer par BES 12, le nouveau système de gestion des terminaux mobiles qui visera les entreprises, les institutions et agences gouvernementales, une plateforme qui ambitionnera de gérer les appareils BlackBerry, mais aussi ceux sous iOS, Android et Windows Phone.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDéploiement réussi pour le voilier solaire mis en orbite
Article suivantSUV : le Renault Kadjar arrive sur le marché français

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here