Blocage de 48 heures de WhatsApp au Brésil pour ne pas avoir voulu coopérer

WhatsApp aurait refusé de coopérer à une enquête criminelle au Brésil. En représailles, un tribunal brésilien a ordonné le blocage du service pendant 48 heures dans le pays.

Depuis minuit la nuit dernière, l’application WhatsApp n’est plus utilisable au Brésil. Il ne s’agit pas d’une panne, mais d’une décision de justice. Dans le cadre d’une affaire de trafic de drogue, la justice brésilienne a tenté d’accéder aux messages des membres d’un gang. Le service aurait refusé plusieurs reprises de coopérer avec les enquêteurs.

En représailles, un tribunal a ordonné le blocage de l’application pour 48 heures. Si le service est actuellement indisponible au Brésil, c’est en raison de cette décision de justice.

Cette affaire fait grand bruit dans le pays. Pour cause, WhatsApp est la première application téléchargée dans le pays. Elle est utilisée par 93 millions de Brésiliens, soit 93% des internautes du plus grand pays d’Amérique du Sud. Ils plébiscitent l’application pour passer gratuitement des appels vocaux en VoIP car le Brésil est un des pays où les forfaits mobiles sont les plus chers.

Cette décision de justice ravit bien évidemment les opérateurs locaux, eux qui souffrent de cette concurrence. Par contre, elle ne réjouit pas Mark Zuckerberg. Alors que le patron de Facebook, la maison-mère de WhatsApp, est en congé paternité, il est sorti de sa retraite pour inviter tous les utilisateurs de WhatsApp à se rabattre sur Facebook Messenger.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentChangement de nom pour le petit roadster Mercedes : de SLK, il devient SLC
Article suivantPhantom Squad : menace sur les réseaux Playstation Network et Xbox Live

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here