Bouygues Telecom : le oui, non, peut-être d’Orange

Alors que tout laissait présager qu’Orange voulait acquérir Bouygues Telecom, le non annoncé il y quelques jours laissaient présager le pire pour ce dossier. Finalement, rien n’est encore décidé pour une possible reprise des négociations.

Est-ce qu’Orange va se porter acquéreur de Bouygues Telecom ? Si le oui était de mise il y a encore quelques jours, l’annonce de la fin des discussions préliminaires a été le synonyme d’un non, surtout que le message accompagnant ce retournement de situation était clairement que les conditions n’étaient pas réunies pour ce rachat.

Malgré le fait qu’Orange semble avoir jeté l’éponge sur ce dossier, rien ne semble pourtant définitif. C’est en déclarant « Est-ce qu’on peut revenir dans le jeu ? Oui, bien sûr, mais pas comme architecte, pas comme arrangeur » que Stéphane Richard, le PDG d’Orange, semble vouloir garder une porte ouverte sur ce dossier. Alors que le marché des télécoms français est en plein chambardement, il est vrai qu’abandonner cette opportunité serait peut-être une erreur…

Alors que Free demeure à priori le dernier opérateur en course même si son offre informelle de 4 à 5 milliards en très en deçà des 7 à 8 milliards souhaités, Stéphane Richard précise encore que « Nous ne prendrons pas le risque de repartir sur ce dossier d’un point de vue concurrentiel. Mais si quelqu’un d’autre se décide à le faire et nous sollicite pour, peut-être, permettre d’élaborer une offre qui peut satisfaire Bouygues, bien sûr qu’on regardera ».

Après le oui et le non, le discours d’Orange est donc clairement un peut-être…

Rachat de Bouygues Telecom, Orange n'exclut pas de reprendre les pourparlers
Rachat de Bouygues Telecom, Orange n’exclut pas de reprendre les pourparlers

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEst-ce que Facebook a violé la loi ?
Article suivantLa France se lance dans la course au Big Data

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here