Bouygues Telecom vs Numericable : l’arbitrage partial de Free sur le dossier SFR

Alors que c’est ce vendredi 14 mars que le conseil d’administration de Vivendi doit se décider entre Bouygues Telecom et Numericable, Xavier Niel donne son point de vue partial sur le dossier.

Qui de Bouygues Telecom ou de Numericable sera en négociations exclusives avec le groupe Vivendi ? C’est ce vendredi 14 mars que le conseil d’administration du groupe français devrait annoncer son choix. Alors que Free n’a rien à voir directement avec cette affaire, Xavier Niel, le patron d’Iliad, donne son point de vue.

Dans le cas d’un rachat de SFR par Bouygues Telecom, Free Mobile pourrait racheter son réseau mobile, une solution qui éviterait un blocage de cette fusion par les autorités de la concurrence. Dans ce cas, Free devrait embaucher un millier de personnes. Ce « rééquilibrage » serait selon Xavier Niel une bonne chose pour les consommateurs.

Dans le cas opposé où ce serait Numericable qui remporterait la mise, Free serait également gagnant au niveau des accès aux sites et au rééquilibrage des fréquences. Petit bémol selon le patron d’Iliad, il n’aime pas trop le câble… Ce motif explique aussi pourquoi Xavier Niel s’en prend ensuite à Altice, la maison-mère de Numericable, pour dénoncer que la localisation de la nouvelle entité sera au Luxembourg ou à Guernesey…

De fait, même si Free annonce sortir gagnant dans les deux cas, le discours de Xavier Niel est suffisamment explicite pour montrer sa préférence à Bouygues Telecom, ce que l’on pourrait qualifier d’arbitrage partial !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSFR : la guerre de l'emploi entre Numéricable et Bouygues Telecom
Article suivantWindows XP : que va-t-il se passer ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here