Bracelet connecté et santé : Microsoft joue sur la différence

En dévoilant son Microsoft Band et Microsoft Health, l’éditeur de Redmond se lance aussi sur le marché des objets connectés et de santé, mais en jouant sur la différence. band_2

Les rumeurs annonçaient une smartwatch comme premier objet connecté de Microsoft : ce sera un bracelet de fitness. La firme de Redmond vient en effet d’officialiser son Microsoft Brand. Le fait qu’il affiche également l’heure lui donne aussi le rôle de montre.

Ce bracelet connecté signé Microsoft est doté de plusieurs capteurs. Il est capable de suivre et d’enregistrer différents paramètres tels que le rythme cardiaque, les calories brulées, le nombre de pas ou la qualité du sommeil.

Via l’application complémentaire Microsoft Health, l’utilisateur d’un Microsoft Band peut centraliser l’ensemble de ses données. band_1

Par ces deux annonces, l’éditeur de Redmond se lance donc sur le marché des objets connectés et de santé. Pour faire la différence par rapport aux produits concurrents, Microsoft a décidé de justement jouer sur la différence en jouant sur le leitmotiv que « Nous voulons qu’il se connecte à tous les terminaux que les clients utilisent pour suivre leur santé et leur forme. Nous voulons supprimer toutes les barrières ». Concrètement, cela signifie que Microsoft joue la compatibilité multiplateforme de son logiciel et de son bracelet, ce qui signifie qu’ils fonctionnent autant avec Windows Phone qu’avec iOS et Android.

Pour ces produits, Microsoft joue également sur le big data et le machine learning en affirmant que « Personne d’autre n’a le big data et le machine learning pour attaquer les défis du fitness et de la productivité de cette façon ».
Dernier point, le Microsoft Band est annoncé à 199 dollars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAeroMobil 3.0 : une voiture volante destinée au grand public
Article suivantFusée Antares : est-ce que l’explosion serait due à un « vieux » moteur russe ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here