Bugatti : une Veyron hybride pour 2016

Bugatti est en train de préparer sa future Veyron, une voiture hybride de 1500 ch qui devrait sortir en 2016.

Alors que 430 exemplaires de sa Veyron ont déjà été vendus, qu’il en reste aujourd’hui 20 à vendre, Bugatti pense déjà à l’avenir de sa gamme, c’est-à-dire à renouveler son modèle. C’est de cette manière que des sources internes du constructeur automobile annoncent qu’une nouvelle Veyron serait en préparation.

À l’instar de la version actuelle, cette nouvelle Veyron pour être produite à partir de 2016, toujours à 450 exemplaires, toutes déclinaisons confondues.

En attendant de découvrir la nouvelle Veyron, peut-être avec une présentation fin 2015, il est déjà temps de se pencher sur ces caractéristiques.

A priori, le moteur sera toujours un W16 8.0 litres 4 turbos. Par contre, la nouveauté serait que ce moteur soit allié à un moteur électrique dans le cadre d’un hybride, un hybride de tout de même 1 500 ch !

Si cette puissance semble loin des préoccupations écologiques, la réalité est que Bugatti se préoccupe de l’environnement, le constructeur cherchant malgré tout à obtenir le bonus écologique pour sa voiture.

Plus prosaïquement, Bugatti compte également sur cette nouvelle Veyron pour récupérer le record de vitesse pour une voiture de série, un record détenu officieusement détenu par la Hennessey Venon GT (435,22 km/h), car pas homologué en raison d’une production de série trop faible. Bugatti prendra certainement ses précautions pour ne pas avoir la même déconvenue.

Pour finir, il faut encore ajouter que le prix de vente de cette Veyron devrait atteindre 1,5 million d’euros pour la version de base.

Bugatti_Veyron_Grand_Sport_Venet_001

Bugatti_Veyron_Grand_Sport_Venet_002

Bugatti_Veyron_Grand_Sport_Venet_003

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook lance le bouton Save pour enregistrer les publications
Article suivantDe la réalité augmentée pour le futur pare-brise de Jaguar

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here