Ça bouge pour le Project Ara : Google souhaite accélérer le mouvement

Lors d’une conférence de presse sur le Project Ara, Google nous fait comprendre qu’il veut accélérer le mouvement.

C’est mercredi dernier que Paul Eremenko est monté sur scène pour partager les dernières avancées de son équipe sur le Project Ara. Les annonces et les démonstrations se sont succédé à un rythme effréné.

Il a par exemple profité de l’événement pour présenter un nouveau prototype tout à fait fonctionnel et capable de passer des appels en 3G, le Spiral 2. Ce prototype est d’autant plus intéressant qu’il utilise déjà la seconde version du MDK (Modular Development Kit) du Project Ara. C’est d’ailleurs celui-ci qui fait désormais office de référence pour les sociétés désireuses d’élaborer leurs propres modules.

En l’état actuel, Google dispose de pas moins de 11 modules, mais pas encore en version finale. L’objectif de la firme de Mountain View est de concevoir entre 20 et 30 modules pour proposer la plus large palette possible de choix possible aux consommateurs.

Paul Eremenko évoque également la prochaine étape de son équipe, la conception du prototype Spiral 3. Celui-ci ira encore plus loin en étant capable de se connecter aux réseaux de type 4G/LTE. Il devrait également bénéficier de nouvelles antennes pour améliorer la réception des signaux.

Alors que l’on ne parle que de prototype, le lancement grand public n’est pas encore pour tout de suite, enfin pas tout à fait. En effet, Google annonce son intention d’accélérer le mouvement et de vouloir proposer un premier modèle final aux habitants de Puerto Rico, et cela avant la fin de l’année. La firme de Mountain View a d’ailleurs déjà négocié cette arrivée avec deux opérateurs locaux : OpenMobile et Claro.

À l’heure actuelle, le prix de l’appareil n’a pas encore été fixé. Celui-ci dépendra bien évidemment des modules choisis.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’hibernation des animaux pourrait aider à lutter contre la maladie d’Alzheimer
Article suivantGoogle Now Launcher : du Material Design à partir d’Android 4.1

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here