Cadillac : premières photos de la nouvelle CTS-V

[VIDÉO] C’est à l’occasion du salon automobile de Détroit que la nouvelle CTS-V de Cadillac fera ses débuts officiels. D’ici là, place aux photos.

C’est début janvier, lors du salon automobile de Détroit, que Cadillac dévoilera la troisième génération de sa CTS-V, un modèle lancé il y a une dizaine d’années.

Pour cette version 2015, le constructeur américain n’a fait aucune concession face à la concurrence allemande. « Avec plus de puissance et de couple que le V8 de 5,5 litres biturbo de Mercedes-Benz et le V8 4,4 litres TwinPower de la BMW M, la nouvelle CTS-V est capable de performances de 0 à 100 km/h en 3,7 secondes », se vante Cadillac.

Pour cause, cette troisième génération de la Cadillac CTS-V est équipée d’un V8 de 649 ch tout en se dotant d’un style agressif, notamment au niveau de la face qui se pare d’une grille, d’un capot en fibre de carbone et de prises d’air plus grandes, mais aussi de l’arrière qui se dote de quatre sorties d’échappement, d’un diffuseur et d’un spoiler qui renforcent le dynamisme de l’ensemble, sans oublier les jupes latérales, les jantes en aluminium de 19 pouces et les pneus Michelin Super Sport.

La partie la plus intéressante de cette berline musclée se trouve sous le capot. Il s’agit d’un V8 LT4 6,2 l annoncé à 649 ch et 855 Nm de couple, soit 10 ch et 26 Nm, une puissance chapeautée par une boite automatique huit rapports et des palettes au volant pour une vitesse maximale de 322 km/h.

Cadillac n’a pour l’instant pas annoncé de date de commercialisation, certainement l’été 2015, ni de tarif. Ces informations, et tous les autres détails seront évidemment connus à partir du 12 janvier prochain, lors de l’ouverture du salon de Détroit.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa super-intelligence des robots serait la forme de vie dominante dans le cosmos
Article suivantBBC : Apple bafoue toujours les conditions de travail

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here