Call of Duty : Manuel Noriega ne sera pas rémunéré pour l’utilisation de son image

La justice a tranché, Manuel Noriega ne sera pas rémunéré pour l’utilisation de son image dans le jeu Call of Duty.

Call of Duty est un jeu vidéo de tir à la première personne. Au fil des épisodes, des images de personnalités telles que l’ex-dictateur cubain Fidel Castro, l’ancien président américain John F. Kennedy, ou encore l’ex-dictateur déchu du Panama Manuel Noriega ont été utilisées.

Aujourd’hui, âgé de 80 ans, emprisonné au Panama, ce dernier a porté plainte devant la justice afin de monnayer l’utilisation de son image dans le jeu Activision Blizzard alors son image a été utilisé sans sa permission et qu’il incarnait un méchant traitre.

Au mois de septembre, Activision avait demandé à ce que la demande de Noriega soit rejetée en faisant valoir que l’utilisation d’un personnage représentant l’ex-dictateur, dans Black Ops II sortie en 2012, relevait de la liberté d’expression.

C’est ce mardi qu’un juge américain a tranché l’affaire en déclarant « frivole » la demande de l’ex-dictateur déchu du Panama.

Rudy Giuliani, ancien maire de New York et avocat de l’éditeur, a déclaré que « Ce jugement est une victoire importante et nous remercions le tribunal d’avoir protégé la liberté d’expression. Cette plainte était absurde depuis le tout début et nous sommes heureux qu’au final ce ne soit pas un criminel notoire qui ait gagné ».

Selon Rudy Giuliani, cette décision de justice d’applique aussi à tous les créateurs de films, de livres, de jeux vidéo ou d’émissions télévisées qui mettent en scène des personnages historiques.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentRENT : l’immobilier vire vers le numérique
Article suivantHoverboard : l’astronaute Buzz Aldrin en testeur de légende
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here