Canon : un capteur photo de 250 mégapixels !

Canon est actuellement en train de développer un capteur CMOS APS-H d’une définition de 19 580 x 12 600 pixels, soit près de 250 mégapixels !

On parle actuellement de vidéo enregistrée en Full HD (1 920 x 1 080 pixels) ou de vidéo 4K (3 840 x 2 160 pixels), mais aussi de capteur photo de 8, 12, voir 23 mégapixels sur nos smartphones. En fait, ces résolutions sont tout simplement pulvérisées par le capteur CMOS APS-H que Canon est en train de développer.

Pour cause, ce capteur CMOS APS-H de Canon possède une définition de 19 580 x 12 600 pixels, c’est-à-dire 246 708 000 photosites, soit près de 250 mégapixels !

Tout aussi impressionnant, ce capteur capture 5 images par seconde, soit 1,25 milliard de pixels traités chaque seconde.

Un capteur d’une telle résolution ne s’adresse bien évidemment pas au grand public. Son marché cible se situe plutôt au niveau des professionnels, plus précisément auprès des sociétés spécialisées dans la vidéosurveillance, les services de police ou les spécialistes de l’imagerie aérienne.

Canon, dans son communiqué de presse, indique que les tests réalisés avec ce capteur ont permis de lire les lettres inscrites sur la carlingue d’un avion situé à 18 km de distance.

Pour la phase de tests, Canon a monté ce capteur CMOS de dimensions inférieures à celles d’un modèle plein format de type 35 mm, dans un prototype spécialement conçu pour l’occasion, avec un objectif EF 35 mm f/1.4 USM.

Grâce é ce capteur de 250 mégapixels, des vidéos d’une résolution 125 fois supérieure à celle du Full HD peuvent être faites à une cadence de 5 images par seconde, ou environ 30 fois supérieures à celle de la 4K. Avec une telle définition, il sera possible d’obtenir des possibilités inégalées en matière de recadrage et d’agrandissement des images, avec une netteté inchangée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPrius : une quatrième génération synonyme de vitrine technologique pour Toyota
Article suivantIl est facile de tromper le système Lidar des voitures autonomes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here