Capture d’un requin-lutin préhistorique

Le requin-lutin est très rare, il est considéré comme un fossile vivant, datant de quelque 125 millions d’années.

Le requin-lutin vit dans les eaux profondes. Il mesure entre trois et quatre mètres de longueur à maturité, possède un nez aplati, un corps rose et flasque, et des dents en forme de clou. « Il est assez impressionnant. Il n’est pas hideux, il est beau », explique Mark McGrouther, le responsable des collections de poissons de l’Australian Museum.

Alors que le nom scientifique du requin-lutin est Mitsukurina owstoni, on sait qu’il est présent dans les océans Pacifique, Atlantique et Indien. On sait très peu de choses sur cet animal, « ce n’est pas courant d’en attraper un et il est d’ailleurs assez rare de croiser cet animal ».

C’est au large de la côte sud-est de l’Australie, près d’Eden, qu’un spécimen a été pêché en janvier dernier à environ 200 mètres de profondeur. En excellent état, son corps a été remis au musée de Sydney. Il y est exposé depuis mardi.

Surnommé « l’Alien des abîmes », le requin-lutin est considéré comme étant un fossile vivant, datant de quelque 125 millions d’années.

Une des particularités de cet animal est sa mâchoire étonnante qu’il déploie en avant dès qu’une proie est détectée, puis rétractée sous son nez charnu en forme de pelle. « Quand il détecte un petit poisson, un calamar ou un crabe, il propulse sa mâchoire et attrape tout ce qui passe », explique Mark McGrouther.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’invraisemblable aventure du pic-vert portant une belette au dos en plein vol
Article suivantRéalité virtuelle : le spectaculaire casque Vive d’HTC

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here