Cash Investigation dénonce la face cachée des fabricants de mobiles

C’est mardi soir, sur France 2, que l’émission Cash Investigation a dénoncé la face cachée des fabricants de mobiles.

L’émission Cash Investigation d’Elise Lucet, diffusée ce mardi soir sur France 2, avait pour fil rouge les fabricants de mobiles, notamment le manque d’explication des grandes marques sur leur face cachée. Il faut dire que l’émission n’y a pas été avec le dos de la cuillère pour dévoiler certains secrets bien peu avouables.

En effet, que dire du reportage sur le site minier de Goma en République Démocratique du Congo, un site où des enfants extraient le précieux coltan, la matière première pour produire les condensateurs au tantale utilisés notamment dans nos mobiles ?

La même question se pose à la découverte du site ultra-pollué de la région de Baotou, en Chine, où sont produit du néodyme pour les multiples petits aimants nécessaires au bon fonctionnement des smartphones.

Même si cette face cachée est déplorable, comme le pitch de l’émission qui souligne « Comment les géants de la téléphonie vous vendent du rêve en dissimulant bien des cauchemars », cela n’excuse pas le manque de discernement et l’agressivité d’Elise Lucet qui a accablé Nokia, Samsung, Apple et même Bill Gates.

Il est vrai que les constructeurs prônent souvent la transparence sur l’identité de leurs sous-traitants et fournisseurs, ce qui est totalement contradictoire avec les reportages, mais est-ce que cela justifie l’agressivité montrée contre Thierry Amarger (Nokia France) ou vis-à-vis de Jean-Daniel Ayme (Samsung Europe) ? A priori pas, cela discrédite quelque part le travail d’enquête en la transformant en une chasse aux sorcières.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMove UP : Jawbone lance un capteur d’activité à moins de 50€
Article suivantConnectique : la fin de la prise Péritel ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here