Cat Street View : voir le monde comme si on était un chat

Google Street View est fait pour nous les humains. Que serait le monde vu par un chat ? Cat Street View vous fait découvrir ce que cela pourrait être.

Onomichi est une ville japonaise de la Préfecture d’Hiroshima, à quelques kilomètres de Fukuyama. Sa particularité est qu’elle est littéralement envahie par les chats. Plutôt que de chasser les animaux, la mairie a eu une idée plutôt originale pour mettre en valeur la ville grâce aux chats.

La concrétisation de cette idée s’appelle Cat Street View. Comme vous l’aurez compris à son nom, il s’agit d’un pastiche de Google Street View pour se promener dans les rues de la ville d’Onomichi… comme si on était un chat !

Essayer Cat Street View vous fera vivre une expérience très intéressante dans le point de vue est… différent. Cerise sur le gâteau, le site permet de rencontrer des chats.

Question fonctionnalités, Cat Street View propose exactement la même chose que Google Street View, c’est-à-dire de vous promener virtuellement dans la ville. La seule différence se situe au niveau de la hauteur de la caméra.

Le service propose aussi des marqueurs qui permettent à l’internaute de rencontrer quelques habitants de la ville. En cliquant dessus, on se retrouve face à l’un des félins de la ville, avec la possibilité d’accéder à sa fiche, à des informations complémentaires, mais aussi des médias tels que photos et vidéos.

La ville d’Onomichi ne précise pas la somme dépensée pour créer Cat Street View, ni si cela suscite un intérêt auprès des internautes ou attire des touristes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy View : Samsung se prépare à contrer l’iPad Pro d’Apple
Article suivant4G : Free Mobile est toujours le plus actif dans le déploiement d’antennes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here