Est-ce que Bill Gates acceptera de se verser un seau d’eau glacée sur la tête ?

Mark Zuckerberg a relevé le défi de se verser un seau d’eau glacée sur la tête dans le cadre d’une campagne caritative. Il lance le défi à Bill Gates d’en faire autant, va-t-il accepter ?

L’ALS Foundation est une association américaine qui a pour but l’amélioration de la recherche contre la sclérose latérale amyotrophique, aussi appelée maladie de Charcot. Cette maladie neurologique, souvent mortelle, s’attaque directement aux cellules nerveuses responsables du contrôle des muscles. Pour trouver des financements, cette association utilise des personnalités pour se lancer le défi de se verser un seau d’eau glacée sur la tête.

C’est ainsi que Chris Christie, le gouverneur du New Jersey, a lancé à Mark Zuckerberg le défi de verser un seau d’eau glacée sur la tête. C’est mercredi que le patron de Facebook a relevé le défi en déclarant que « C’était vraiment froid ! ».

Après avoir brillamment relevé son défi, et publié la vidéo sur son profil Facebook, Mark Zuckerberg n’a pas oublié de lancer le même défi à trois autres personnalités, en l’occurrence à Bill Gates (fondateur de Microsoft), Sheryl Sandberg (directrice des opérations de Facebook) et Reed Hastings (PDG de Netflix).

Comme le but de cette campagne est caritatif, les personnalités qui ne relèvent pas le défi dans les 24 heures « doivent » verser la somme de 100$ US à l’ALS Foundation.
Hormis Mark Zuckerberg, il est à préciser que plusieurs célébrités ont déjà relevé ce défi, par exemple Justin Timberlake, Jimmy Fallon ou encore Satya Nadella.

La grande question est donc de savoir si Bill Gates acceptera de se verser un seau d’eau glacée sur la tête ?

Vidéo Mark Zuckerberg : ice bucket challenge

Vidéo Chris Christie : ice bucket challenge

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : Bing tente de comprendre les requêtes
Article suivantZone euro : révision à la baisse de l’inflation

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here