Est-ce que Bouygues Telecom est à vendre ?

Mal en point depuis l’échec de l’acquisition de SFR, Bouygues Telecom affirme vouloir continuer seul. Dans les coulisses, ça parle d’un rachat par Free ou Orange. Est-ce que Bouygues Telecom serait à vendre ?

Quel sera l’avenir de Bouygues Telecom ? La réponse à cette question pourrait bien être le feuilleton de cet été. En effet, l’opérateur affirme vouloir poursuivre son aventure seul tout en annonçant une très importante restructuration visant à réduire ses coûts de 300 millions d’euros par an, une mesure qui devrait occasionner la suppression de 1 500 à 2 000 postes de travail.

Si cette situation découle de l’échec de l’acquisition de SFR, il existe également d’autres scénarios, un rapprochement avec Iliad-Free ou un rapprochement avec Orange.

Si ce rapprochement pouvait être salutaire pour tout le monde, ce dossier est très complexe en raison des problèmes de concurrence qu’il soulève.

Dans ce sens, deux banques mandatées par Orange auraient d’ailleurs valorisé Bouygues Telecom à 6 milliards d’euros, preuve que l’opérateur serait potentiellement intéressé alors que, de son côté, Iliad ne serait pas prêt à débourser plus de 5 milliards d’euros.
De fait, le problème pourrait être essentiellement financier vu que Bouygues espère retirer entre 7 et 8 milliards d’euros de sa filiale télécom.

Si un mariage franco-français semble à l’heure actuelle dans l’impasse malgré tous les potentiels de synergie qu’il pourrait apporter, il existe encore d’autres options, comme un mariage avec l’espagnol Téléfonica, vois avec l’allemand Vodafone.

De fait, de trop nombreux scénarios de reprises existent pour ne pas s’imaginer que Bouygues Telecom ne serait pas, d’une manière ou d’une autre, officiellement à vendre.

Téléphonie : Free et Orange sur les rangs pour racheter Bouygues
Téléphonie : Free et Orange sur les rangs pour racheter Bouygues

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTechnologie : un écran incassable pour smartphone
Article suivantE3 : Electronic Arts nous laisse sur notre faim

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here