Est-ce que l’iPhone va devenir le téléphone préféré des pédophiles ?

La sécurité mise en place dans iOS 8 par Apple inquiète les autorités. Certains considèrent que « L’iPhone va devenir le téléphone préféré des pédophiles ». Espionnage : l'iPhone 6 inquiète le FBI

Apple, mais aussi Google, a beaucoup souffert du scandale autour du programme de surveillance PRISM mis en place par la NSA, un programme dans le cadre duquel les firmes avaient été forcées de communiquer des informations à l’agence gouvernementale. Juste retour des choses, la marque à la pomme s’est prémunie de ce désagrément dans la nouvelle version de son système d’exploitation mobile.

C’est ainsi que le contenu des appareils équipés d’iOS 8 est désormais chiffrés, un cryptage qui se fait à l’aide du mot de passe choisi par l’utilisateur pour protéger son smartphone ou sa tablette, une clé de chiffrement qu’Apple ne possède pas, ce qui rend impossible la communication d’informations personnelles aux autorités.

Face au déploiement d’une telle technologie, James Comey, le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), se dit « très inquiet », un sentiment qui est partagé par les autorités américaines. Alors qu’une source officielle anonyme déclare que « les terroristes vont vite profiter de ce système pour échapper à la surveillance », John J. Escalante, chef du département d’enquête de la police de Chicago, n’hésite pas à déclarer que « l’iPhone va devenir le téléphone préféré des pédophiles ».

Face à cette levée de boucliers des autorités contre la sécurité d’iOS 8, mais aussi celle d’Android L qui embarque le même genre de dispositif, les médias se posent la question de savoir « comment travaillaient les enquêteurs avant l’invention des smartphones ? Si le chiffrement empêche la police de résoudre des crimes ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBlackBerry : une rupture nommée Passeport
Article suivantComète 67P/Churyumov-Gerasimenko : Rosetta se rapproche

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here