Célibataire : la drague par géolocalisation vient à votre secours !

Marre des rencontres foireuses via internet ? Il est désormais possible que les applications mobiles utilisant votre géolocalisation soient votre nouvel outil de drague.

Si, en tant que célibataire, l’utilisation des moyens de rencontre traditionnels n’a jamais abouti à un résultat sérieux, c’est peut-être parce qu’il manque un aspect de proximité. C’est sur cette base que des applications de rencontre, comme Tinder ou Lovoo, misent en s’appuyant sur votre géolocalisation.

Concrètement, ces applications utilisent votre géolocalisation et celle des autres célibataires pour afficher ceux qui sont à proximité de vous.

Après, d’un simple coup d’œil, au feeling, il est possible de passer à l’étape suivante. Par exemple, dans Tinder, il suffit d’envoyer vers la droite la photo des célibataires inscrits qui vous plaisent. Si eux font de même avec vous, une fenêtre de chat s’ouvre…

À l’instar de Marie, une Parisienne de 32 ans, nombreux sont ceux qui commencent à recourir à ce genre d’outil. Si la rencontre « idéale » n’est pas forcément au rendez-vous, Marie avoue que l’utilisation de tels outils est plus ludique, nettement moins rébarbative que d’éplucher des profils sur les sites de rencontres. Après c’est de « l’instantané ».

Auteur du livre « Sex@amour », le sociologue Jean-Claude Kaufmann analyse ce nouveau phénomène comme un instrument qui aide à la prise de contact, un moyen de décrocher un rendez-vous pour prendre un verre, quelque chose de plus convivial qu’un site de rencontre. Par contre, il met aussi en garde contre la surconsommation… car pas facile de résister à la tentation lorsqu’on a commencé à y goutter !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Glass : les « vérités » de Robert Scoble
Article suivantFacebook : est-ce que le réseau analyse nos messages privés ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here