Des centaines de baleines mortes, échouées sur les côtes de la Patagonie

337 baleines mortes ont déjà été comptées. Le nombre de cétacés morts et échoués sur les côtes de la Patagonie chilienne pourrait être encore plus élevé.

« Nous avons pu compter 337 baleines mortes, en incluant les cadavres et les squelettes », a déclaré Vreni Häussermann, la directrice du centre scientifique Huinay. « C’était une vision apocalyptique. Je n’avais rien vu de semblable », a-t-elle ajouté.

Ce nombre a été calculé sur la base des survols et des photos aériennes et satellites. Mais il reste « encore de nombreuses zones que nous n’avons pas pu atteindre ». C’est ainsi que Vreni Häussermann ajoute que « il est donc probable qu’il y ait davantage de baleines mortes ». Cette hécatombe est pourrait constituer l’un des plus grands échouages de cétacés jamais constatés à ce jour.

Pas de blessure apparente

Selon les premières constatations, les baleines mortes ne présentent aucune blessure apparente. Elles se sont échouées dans un fjord très difficile d’accès. Les causes de ce phénomène d’échouage massif feront l’objet d’une explication qui sera publiée dans la revue National Geographic.

Faute de blessure, les scientifiques privilégieraient la piste d’un excès d’algues ou d’un virus. Une enquête des autorités chilienne, suite à la découverte des premières baleines mortes au mois d’avril, avait écarté toute intervention humaine dans ces décès.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentToyota livre sa millionième hybride en Europe
Article suivantEncore un brevet pour un écran pliable pour Samsung

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here