CES 2014 : NVIDIA organise une keynote pour dévoiler son SoC Tegra K1

C’est lors d’une keynote organisée à l’occasion du CES 2014 que NVIDIA vient de lever le voile sur son nouveau SoC Tegra K1.

En ce tout début d’année, NVIDIA a profité de la grand-messe de la technologie qu’est le CES 2014 pour organiser une keynote. Si Jen Hsun Huang, CEO et co-fondateur de la marque, a profité de l’occasion pour présenter un large récapitulatif de l’offre NVIDIA, il a surtout officialisé son nouveau SoC Tegra K1.

Si la rumeur prévoyait l’arrivée du Tegra 5, NVIDIA a donc préféré le baptiser Tegra K1, certainement pour créer une rupture par rapport au succès mitigé rencontré par le Tegra 4. Concrètement le Tegra K1 embarque l’architecture graphique Kepler avec son processeur ARM quad-core et son circuit graphique équipé de 192 cœurs CUDA (72 cœurs CUDA pour la Tegra 4).

Lors de sa présentation, Jen Hsun Huang évoque les infinies possibilités d’utilisation de ce Tegra K1, autant dans les tablettes et les smartphones que dans les téléviseurs 4K ou les automobiles… Il ajoute que le nouveau SoC est par exemple trois fois plus performant que l’A7 d’Apple.

Mais ce n’est pas tout, NVIDIA dévoile également une seconde version de son Tegra K1, une version équipée d’un CPU dual-core 64 bits, le fameux SoC Denver sur lequel travaillait NVIDIA depuis plusieurs années.

Pour finir, il faut ajouter que NVIDIA parle d’une disponibilité de la version 32 bits pour le premier semestre 2014 et pas avant le second semestre pour le modèle 64 bits.

NVIDIA TEGRA K1 - 5
NVIDIA TEGRA K1 – 5
NVIDIA TEGRA K1 - 1
NVIDIA TEGRA K1 – 1
NVIDIA TEGRA K1 - 4
NVIDIA TEGRA K1 – 4

 

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentParrot : les jouets connectés se dévoilent au CES 2014
Article suivantRachat de Bitspin : quel avenir réserve Google à l’application Timely ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here