CES 2015 : même le golf devient connecté

Alors que n’importe quel objet peut désormais être connecté, Epson America propose une solution pour connecter son club de golf.

Les objets connectés sont la grande tendance technologique du moment, notamment à l’occasion du salon CES 2015 qui se déroule actuellement à Las Vegas. Alors que l’on peut découvrir pratiquement tout en n’importe quoi comme objet connecté, du bracelet au réfrigérateur en passant par la brosse à dents et la machine à café, c’est au tour du golf de se connecter.

C’est dans le but d’améliorer swing qu’Epson America propose le M-Tracer MT200GII Golf Swing Analyzer, un gadget à fixer sur un club pour analyser sa manière de jouer.
D’après Randy Bergstedt, le directeur de cette nouvelle gamme d’appareils, les capteurs hautes résolutions du M-Tracer peuvent classer tous les aspects du swing, les détailler par le menu dans une application dédiée qui permet de visualiser son mouvement en 3D sous tous les angles.

Dans le but d’aider à faire progresser les golfeurs, peu importe leur niveau ou leur âge, le système permet également de comparer son swing à celui d’un professionnel.
« Le golf est un sport extrêmement technique où les plus petits détails et ajustements peuvent faire toute la différence », explique David Leadbetter, professeur de golf reconnu internationalement. Il ajoute : « L’Epson M-Tracer fournit un retour en temps réel et des solutions immédiates qui aident les golfeurs à développer un swing plus puissant et efficace ».

Compatible avec les appareils iOS et Android, le M-Tracer MT200GII Golf Swing Analyzer sera commercialisé courant mars au prix de 299 dollars.

Il est à préciser qu’Epson n’est pas la première société à vouloir connecter le golf, qu’Arccos propose par exemple déjà un capteur intégré au manche des clubs et une application dédiée pour améliorer son jeu.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa découverte d’une planète jumelle repose la question de la vie extraterrestre
Article suivantCES 2015 : des drones à tout faire

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here