Chant du coq : réveiller les autres est un privilège hiérarchique

Des chercheurs ont mis en évidence que le premier chant du coq au lever du jour est un privilège hiérarchique.

Pourquoi le coq annonce le lever du jour ? C’est une question à laquelle les scientifiques n’ont toujours pas pu répondre. Par contre, ils savent désormais que c’est un privilège hiérarchique.

Le chant du coq au lever du jour n’est pas le privilège de tous les coqs, c’est ce qu’une étude vient de révéler. Des scientifiques ont en effet découvert que c’est toujours le chef du poulailler qui annonce le premier la rupture de l’aube. Ses condisciples ne chantent qu’après, et en respectant scrupuleusement un ordre hiérarchique.

En fait, il a été découvert que les coqs et les poules sont très hiérarchisés et très respectueux de cette classification sociale.

Les fameux combats de coqs permettent de définir la hiérarchie. « Quand des coqs qui ne se connaissent pas sont mis ensemble, ils commencent par se battre. Dès que les plus forts sont identifiés, les combats diminuent et seuls les plus « gradés » continuent parfois de provoquer les autres par des coups de bec, jamais l’inverse », explique Tsuyoshi Shimmura, de l’université de Nagoya (Japon), et coauteur de l’étude.

Si le chef coq est retiré de l’expérience, c’est naturellement le coq de deuxième rang qui reprend le rôle de chanter au lever du jour, et ainsi de suite.

Les scientifiques ont également observé que les coqs de rang inférieur chantent moins souvent que les autres.

« Nous n’avons pas observé de spécificités particulières au cocorico du dominant », précise le chercheur, pour souligner que le chant du coq n’est pas appris, qu’il est inné.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWhatsApp : ajout de la possibilité de marquer comme « non lu »
Article suivantAvec Send pour iOS, quel est le but de Microsoft ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here