Chaque iPhone 6 rapporte près de 20 dollars à Sony !

Si Apple engrange des chiffres record grâce aux ventes d’iPhone 6, Sony en profite également en récoltant au passage près de 20 dollars par smartphone vendu.

Apple a de nouveau connu un trimestre d’anthologie grâce au succès commercial de son iPhone 6. Dans la foulée, ses fournisseurs profitent également de cette aubaine, comme Foxconn, son principal sous-traitant électronique, qui a affiché des profits record il y a quelques semaines.

Le plus surprenant c’est que Sony, l’un des concurrents directs d’Apple sur le marché des smartphones, profite également du succès commercial de l’iPhone 6. Pour cause, l’entreprise japonaise fournit les deux capteurs photo du terminal mobile de la firme de Cupertino. De fait, selon un analyste, Sony encaisserait près de 20 dollars à chaque iPhone 6 vendu.

Cité par le Wall Street Journal, cet analyste précise aussi que, précédemment, Sony ne fournissait qu’un seul des deux capteurs photo.

Le succès de l’iPhone 6 est donc tout bénéfice pour Sony. C’est d’ailleurs pour face à la hausse de la demande en matière de composant que le groupe japonais, la semaine dernière, a annoncé son intention d’investir 375 millions de dollars dans ses usines, après avoir déjà annoncé un investissement similaire de 900 millions de dollars en février dernier.

Il faut préciser que si Sony équipe les iPhone 6 et 6 Plus d’Apple, il équipe également les Galaxy S6 et S6 Edge de Samsung. De fait l’entreprise japonaise va également profiter du succès de l’appareil de la marque sud-coréenne.

C’est dans cette logique gagnante que Sony, dimanche, a relevé sa prévision de bénéfice d’exploitation à 2,3 milliards d’euros pour l’exercice fiscal 2015, soit plus de quatre fois son estimation précédente.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa mode a adopté Instagram
Article suivantUn énorme réservoir de magma sous le super-volcan de Yellowstone

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here