Charger sa voiture électrique en roulant sur l’autoroute

La faible autonomie des voitures électriques est encore un problème. Une solution serait de pouvoir recharger en roulant. C’est bien ce que l’Angleterre compte tester sur ses autoroutes.

Les voitures électriques sont une solution pour se déplacer sans émission, ce qui est une démarche environnementale. Mais pour que la voiture électrique devienne une véritable alternative à la voiture à essence, il faut que son autonomie s’améliore.

Les constructeurs cherchent bien évidemment des solutions du côté de la batterie. Mais l’Angleterre a une autre idée, celle de recharger les voitures électriques en roulant.

L’idée est simple. Il s’agirait d’équiper les routes et les voitures d’un système de recharge sans fil, un principe similaire à celui utilisé par certains smartphones. En rechargeant la voiture pendant qu’elle roule, cela pourrait notablement allonger son autonomie.

Le gouvernement a confirmé à Techweek Europe que des essais débuteront plus tard cette année, que la technologie sera tout d’abord testée sur des routes non publiques.

Les autoroutes anglaises ont de leur côté déjà réalisé une étude de faisabilité. Le projet en est au stade du lancement des appels d’offres pour un test de « transfert de puissance dynamique sans fil ».

Concrètement, il va s’agir d’enterrer des câbles sous la route pour générer un champ électromagnétique. Sur la voiture, une bobine captera ce champ pour recharger sa batterie.

Le principe de cette technologie a déjà été testé en Corée du Sud et aux environs de Milton Keynes.

En Corée du Sud, près de la ville de Gumi, un tronçon de 12 kilomètres est équipé de la sorte. À Milton Keynes, ce sont des plaques qui sont installées dans la route. Un bus électrique doit s’arrêter un moment au-dessus pour se recharger.

« La possibilité de recharger les véhicules peu polluants en mouvement est passionnant », a déclaré Andrew Jones, le ministre des Transports. « Le gouvernement a déjà engagé 500 millions de livres pour les cinq prochaines années afin de maintenir la Grande-Bretagne à l’avant-garde de cette technologie, ce qui contribuera à stimuler l’emploi et la croissance dans le secteur ».

« Les technologies automobiles progressent à un rythme croissant. Nous nous engageons à soutenir le développement des véhicules à émissions ultras faibles sur les autoroutes et les routes importantes de l’Angleterre », a déclaré Mike Wilson, l’ingénieur en chef des autoroutes. « La technologie sans fil va contribuer à créer un réseau routier plus durable pour l’Angleterre et ouvrir de nouvelles opportunités pour les entreprises qui transportent des marchandises à travers le pays ».

Les essais ne signifient pas pour autant que la technologie sera réellement installée sur les routes britanniques. Certains experts sceptiques considèrent d’ailleurs que cette technologie pourrait être trop chère pour être déployée au Royaume-Uni.

« Il est logique d’essayer, cette technologie fonctionne de toute évidence. Elle semble très ambitieuse pour moi. Son coût sera le plus gros problème et je ne suis pas totalement convaincu que cela en vaille la peine », a déclaré le Dr Paul Nieuwenhuis, le directeur de la Cardiff Business School’s Electric Vehicle Centre of Excellence.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLand Rover Defender : la star du Goodwood Revival
Article suivantFirefox : cap sur la protection de la vie privée des utilisateurs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here