Chargeurs Nokia : attention à l'électrocution !

En raison de l’existence d’un risque d’électrocution, Nokia a annoncé le rappel de 30 000 chargeurs AC-300 de sa tablette Lumia 2520.
Dans un communiqué publié ce jeudi, Nokia indique avoir rappelé 30 000 chargeurs AC-300 de sa tablette Lumia 2520. La raison de ce rappel est qu’ils peuvent causer des électrocutions.

Alors que ce chargeur AC-300 a été « fabriqué par un fournisseur », la firme finlandaise précise que des chargeurs potentiellement dangereux ont été vendus en Allemagne, en Autriche, au Danemark, aux États-Unis, en Finlande, en Grande-Bretagne, en Suisse et en Russie.

C’est lors d’un contrôle de qualité qu’il a été découvert que la couverture plastique de la prise modifiable du chargeur pouvait se désolidariser et se détacher, ce qui provoquerait un risque d’électrocution avec certains composants internes dans le cas où la prise serait branchée.

Alors que Nokia précise qu’aucun accident n’a été signalé à ce jour, le constructeur finlandais demande à tous les possesseurs de ce type de chargeur de ne plus s’en servir « jusqu’à nouvel ordre », « le temps de trouver une solution avec tous les revendeurs » est-il encore précisé.

Il faut encore rappeler que la tablette Lumia 2520 est la première tablette de Nokia et qu’elle a été lancée en novembre dernier. Par ailleurs, c’est dans les semaines à venir que la division mobile de Nokia doit normalement être vendue à Microsoft.

La tablette Lumia 2520 de Nokia.
La tablette Lumia 2520 de Nokia.
Rappel de 30 000 chargeurs Nokia : risque d'électrocution
Rappel de 30 000 chargeurs Nokia : risque d’électrocution

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn partenariat bien étendu prochainement entre SFR et Vodafone
Article suivantLes 300 millions d’utilisateurs désormais atteints sur LinkedIn

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here