Chrome : Google bloque désormais les extensions ne provenant pas de son Web Store

Annoncée en novembre dernier, Google applique désormais sa stratégie visant à interdire toutes les extensions de son navigateur Chrome qui ne proviennent pas de son Web Store.

Depuis l’installation de la dernière mouture du navigateur Chrome, de nombreux internautes ont certainement constaté que certaines extensions ne fonctionnaient désormais plus. Plus qu’un simple problème de compatibilité, ce blocage résulte avant tout de la mise en application d’une nouvelle stratégie de Google.

C’est en effet en novembre dernier que Google avait annoncé que son navigateur Chrome allait bloquer l’installation de toutes les extensions qui ne proviendraient pas du Chrome Web Store, une décision officiellement argumentée par des raisons de sécurité. C’est dans cette logique que Google annonce qu’« À partir de maintenant, pour protéger les utilisateurs sous Windows […], les extensions ne peuvent être installées que si elles sont hébergées sur le Chrome Web Store. Avec cette modification, les extensions qui ont été précédemment installées peuvent avoir été désactivées automatiquement et ne pourront être réactivées ou réinstallées que lorsqu’elles seront hébergées dans le Chrome Web Store ».

Si l’argumentaire sécuritaire semble pertinent, la véritable raison pourrait tout autant être la publicité. De ce fait, la foison de bloqueurs publicitaires disponibles pour Chrome n’est certainement pas vue d’un très bon œil par la firme de Mountain View, et cela serait peut-être ça la véritable cible de cette modification de stratégie.

Google Chrome bloque les extensions qui ne viennent pas de son store
Google Chrome bloque les extensions qui ne viennent pas de son store

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHeyHey Pix : la version 2.5 se met dans le bain de la Coupe du Monde
Article suivantiPhone 6 : une commercialisation à partir du 19 septembre ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here