Chrome Web Store : Google va chasser les injecteurs de pubs

Google a décidé de faire le ménage dans le Chrome Web Store en annonçant qu’il veut éliminer tous les injecteurs de pubs.

On se rappelle tous du scandale de Superfish, ce logiciel préinstallé par Lenovo sur certains ordinateurs pour injecter de la publicité. C’est suite à cette affaire que Google a décidé de prendre le taureau par les cornes et de faire régner l’ordre.

C’est ainsi que la firme de Mountain View, fin février, a tout d’abord créé une nouvelle signalétique rouge vif pour alerter les internautes sous Chrome, une alerte qui vise à signaler qu’ils naviguent sur un site qui contient des logiciels malveillants, tels que des injecteurs de publicités.

Maintenant, Google annonce son intention de faire le ménage dans le Chrome Web Store. Désormais, les applications devront respecter les règles de la charte « Developer Program Policies » et notamment être parfaitement transparentes sur son but et ses fonctionnalités.

Google risque d’avoir du pain sur la planche vu que des chercheurs de l’université de Berkeley ont trouvé 192 injecteurs de pubs masqués dans le Chrome Web Store, des applications qui affectent plus de 14 millions d’utilisateurs.

Il est à préciser qu’un injecteur de pub qui se présente honnêtement ne va pas disparaitre du Chrome Web Store. Seules les applications qui cachent l’injection de pub seront supprimées.

De plus, Google va également faire la morale à ses annonceurs en leur demandant que les publicités AdWords ne mènent pas l’internaute vers un page où il serait susceptible de télécharger un vilain injecteur de pubs. Ils seront responsables d’être conformes à la charte « Unwanted Software Policy ».

Il est à souligner que cette chasse aux injecteurs de pub va permettre de faire d’une pierre deux coups en améliorant la réputation de la boutique, mais aussi en se débarrassant de certains publicitaires un peu sauvages.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentStar Wars : le CERN confirme l’existence de la Force
Article suivantLa Mobicarte Holiday devient Orange Holiday

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here