Chromebox for Meetings : Google veut s'inviter dans vos conférences

En associant une Chromebox à une caméra et à un micro, sans oublier Hangouts ou un navigateur web, Google compte s’inviter dans vos conférences.

La nouvelle idée de Google est de conquérir le marché des conférences, plus particulièrement des vidéoconférences des entreprises. Pour se faire, le géant de l’internet propose désormais Chromebox for Meetings, un package comprenant une Chromebox, une caméra HD Logitech, un micro, une télécommande, la suite Google App pour bien évidemment utiliser Hangouts Google+.

Grâce à cette solution clé en main à 999 dollars, associée à une licence d’utilisation annuelle de 250 dollars, Google compte bien évidemment percé sur un marché où les infrastructures de ce genre sont souvent très onéreuses.

Si Google propose bien évidemment Hangouts comme cœur du dispositif, pour initier les conférences notamment, l’utilisation de tous navigateurs HTML5 est également possible pour accéder à une webapp spécifique, ce qui ouvre les portes des terminaux Windows, Mac OS, iOS et Android.

Le partage des documents peut se faire simplement via Google Drive.

Cerise sur le gâteau, Chromebox for Meetings propose quelques fonctions très intéressantes comme le réglage automatique de la qualité vidéo selon le débit, l’affichage automatique en plein écran de l’orateur, le maintien de la connexion même sans l’organisateur, ou encore la possibilité d’invité des personnes externes à l’entreprise via Wi-Fi ou 3G/4G.

Il faut encore préciser que Chromebox for Meetings est pour le moment disponible qu’aux États-Unis, son arrivée en Europe devant intervenir dans les mois à venir, et que le nombre de participants maximums aux conférences est commercialement fixée à 15 personnes.

Salles connectées : Google dévoile « Chromebox for Meetings »
Salles connectées : Google dévoile « Chromebox for Meetings »

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS 7 : désactiver « Localiser mon iPhone » sans mot de passe est facile !
Article suivantGoogle Glass : une utilité concrète dans la police new-yorkaise ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here