Cinq cybercriminels inculpés pour avoir volé plus les numéros de 160 millions de cartes bancaires

Ce sont cinq cybercriminels qui viennent d’être inculpés pour avoir volé plus de 160 millions de numéros de carte de crédit en pénétrant des systèmes informatiques de plusieurs sociétés américaines et européennes.

Quatre Russes et un Ukrainien sont soupçonnés d’avoir pénétré les systèmes informatiques de plusieurs sociétés américaines et européennes, par exemple l’opérateur Nasdaq, la compagnie aérienne JetBlue, Visa Jordanie, la chaîne de supérettes 7-Eleven, le spécialiste en paiements Heartland, le groupe français Carrefour ou encore la banque franco-belge Dexia pour y dérober plus de 160 millions de numéros de carte bancaire.

Le département américain de la Justice n’hésite pas à affirmer qu’il s’agit de la plus grande opération de piratage informatique et de vol de données de ce type jamais poursuivi aux États-Unis alors que les cinq cybercriminels viennent d’être inculpés à Newark, dans le New Jersey.

Les cybercriminels sont accusés d’avoir installé des logiciels malveillants dans les systèmes informatiques des sociétés ciblées pour collecter les données de cartes bancaires avant de les revendre par la suite pour 10 à 50 dollars pièce.

Il faut encore préciser que Vladimir Drinkman et Alexandre Kalinine, deux des accusés, aient été arrêtés en juin 2012 alors qu’ils se trouvaient aux Pays-Bas, mais les trois autres inculpés sont toujours en fuite.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter : faux tweets pour vrais utilisateurs, la publicité a une nouvelle fois dérapé
Article suivantGoogle Play : déjà plus de 1 million d’applis
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here