Cloud Computing : les enjeux d’un marché très lucratif

Ce sont quelque 111 milliards de dollars qui ont été consacrés aux services de Cloud Computing publics en 2012, de quoi mettre en exergues tous les enjeux de ce lucratif marché.

Les derniers chiffres de Gartner sont donc éloquents, avec 111 milliards de dollars consacrés aux services de Cloud Computing publics en 2012 et 131 milliards prévus pour 2013, le marché des services de Cloud Computing public se porte à merveille avec une croissance annuelle phénoménale. Ce n’est donc pas pour rien que ce marché attire toutes les convoitises des différents acteurs du marché.

Si le « Data as a Service » (DaaS) reste le principal modèle de service du Cloud Computing, avec pour cette année 43,7% de croissance à 9 milliards de dollars, l’« Infrastructure as a Service » (IaaS) est le segment le plus dynamique du marché. Ce modèle de service intègre les services Cloud de calcul, de stockage, mais aussi d’impression.

Plus mature, le « Software as a Service » (SaaS) représente un chiffre d’affaires de quelques 14,5 milliards de dollars en 2012 et devrait s’accroitre de 19,5% cette année. Par contre, avec seulement 1,2 milliard de dollars en 2012, le « Platform as a Service » (PaaS) reste pour le moment en retrait même s’il s’agit d’un modèle qui croit au même titre que les autres.

Avec une croissance du Cloud Computing à l’échelle mondiale, avec quasiment 50% du marché, c’est pourtant l’Amérique du Nord qui domine largement, devant l’Europe de l’Ouest, et le reste du monde loin derrière.

Au niveau de la France, le Cloud Computing a rapporté 2,8 milliards d’euros de revenus en 2012 pour les différents services associés que sont le conseil, la formation, l’intégration, etc., ce qui correspond à une croissance annuelle de près de 28%, une croissance qui devrait se poursuivre dans les années à venir.

C’est ainsi que le Saas devrait représenter 10% de l’édition logicielle en France en 2013, soit une croissance de 38% par rapport à 2012 et ses 712 millions d’euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : vers la fin des usurpateurs d’identités ?
Article suivantApple : vers une diversification de ses fournisseurs ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here