Cloud : première désillusion

Le passage au cloud était plein de promesses. Une fois que la transition s’est faite, le constat est plutôt mitigé, avec une certaine désillusion pour certains.

En termes de coûts et de sécurité, le cloud promet beaucoup. Alors que les attentes dans ces domaines étaient très fortes, de nombreuses entreprises ont fait le choix de la dématérialisation en optant pour le nuage. C’est pour analyser cette transition que Sungard Availability Services, un prestataire de services pour la gestion des infrastructures des entreprises a mené une étude à l’échelle européenne.

« Les attentes étaient très fortes sur l’infonuagique, mais cela s’est finalement traduit par un stress supplémentaire », explique par exemple Thierry Ghenassia, le directeur général et commercial de Sungard Availability Services. « L’après-transition vers le nuage, qui se traduit par des coûts cachés et des problèmes associés a provoqué une migraine post-infonuagique », révèle l’étude.

Au niveau de la France, 48% des entreprises attendaient que le cloud apporte « une maîtrise des dépenses », 45% « une sécurité accrue » et 41% « un avantage compétitif ». La maitrise des dépenses était la principale attente un peu partout en Europe vu que c’est le principal point cité au Royaume-Uni (64%), en Irlande (62%) et en Suède (60%).

Au final, l’opinion des entreprises qui ont fait le pas est que 47% des entreprises françaises ont constaté une réduction des coûts alors que 43% estiment avoir échoué sur ce point. En termes de sécurité, 53% estiment s’être amélioré alors que 37% font le constat inverse. De plus, 46% de perçoivent l’avantage compétitif d’être passé au cloud, et 35% ne le voient pas.

C’est ainsi que l’étude révèle que « Le marché français du Nuage apparait plus éclaté et plus complexe à gérer, ce qui pousse de nombreuses entreprises déçues du nuage à vouloir reprendre le contrôle en revenant à des infrastructures physiques ».

On constate donc que le cloud provoque ses premières désillusions malgré toutes les promesses faites.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTour Eiffel : à quelle date a-t-elle été ouverte ?
Article suivant2K Games : jusqu’à -50% sur certains titres

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here