Colonisation de Mars : cela serait du suicide faute d’une technologie fiable

Est-ce que l’homme colonisera un jour Mars ? C’est un rêve fou qui existe depuis de nombreuses années, un rêve qui pourrait peut-être se concrétiser dans un avenir proche vu que le projet Mars One du Néerlandais Bas Lansdorp a déjà lancé une vague de sélection en vue de trouver des candidats volontaires pour un aller simple vers la planète rouge.

C’est de cette manière que des unités de vie devraient être installées entre 2022 et 2023, et que le premier équipage humain devrait quitter la Terre en 2024 pour une arrivée sur Mars en 2025.

Si tout cela semble très prometteur, l’ancien astronaute canadien Robert Thirsk se montre de son côté nettement plus sceptique sur ce projet. Selon lui, il s’agirait tout simplement d’une « mission suicide » !

Pour s’en convaincre, le recordman canadien du plus long séjour dans l’espace (204 jours) se rappelle avoir passé une bonne partie de ses six mois en orbite à réparer de l’équipement, comme l’épurateur de CO2 et la toilette, ce qui lui fait dire que « Je ne crois pas que nous sommes prêts… », ajoutant « Nous n’avons même pas une technologie fiable pour appuyer un aller simple sur Mars » !

De tels propos ne sont pas de nature à rassurer surtout qu’il renchérit en précisant « Il est naïf de croire que nous sommes prêts à coloniser Mars. Ce serait une mission suicide ».

Dès lors, est-ce que de tels propos vont remettre en cause le projet Mars One ? Certainement pas, cela a toujours été l’espoir et le rêve qui ont fait avancer l’homme, il suffit de persévérer. D’ailleurs, est-ce que l’homme était réellement prêt avant de se lancer à la conquête de la Lune ?

La colonisation de Mars serait une mission suicide
La colonisation de Mars serait une mission suicide

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFace aux accusations de tromperie, Snapchat accepte une étroite surveillance
Article suivantGmail : que nous réserve Google ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Au moyen âge les marins dessinaient sur leurs cartes des dragons sur les parties inexplorées des océans…
    L’inconnu fait peur, c’est normal!

    Si être sceptique sur le projet Mars-One est tout à fait compréhensible, il est pourtant vital d’aller sur Mars pour l’humanité.
    Aurons nous un futur limité, rationné, avec des quotas ? Un monde où l’autre est une menace qui convoite mes ressources ?
    Ou bien aurons nous un monde où des ressources illimitées sont disponibles et où l’autre devient un allié, un partenaires permettant d’accéder à ses nouvelles ressources ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here