La comète Siding Spring va frôler Mars

C’est dimanche que la comète Siding Spring doit passer à 139 500 km de Mars, c’est-à-dire la frôler à l’échelle de l’univers.

Image de la comète qui passera près de la planète Mars.
Image de la comète qui passera près de la planète Mars.

Découverte en 2013 par Robert McNaught, à l’observatoire australien de Siding Spring, la comète C/2013 A1 a justement été baptisée du nom de Siding Spring. Selon la NASA, « elle se serait formée, il y a plusieurs milliards d’années, dans le nuage d’Oort, à la frontière de notre système solaire ».

D’un diamètre de 1,6 kilomètre de diamètre, cette comète devrait être composée de glaces très volatiles (méthane, monoxyde de carbone), qui fondent très facilement. Alors qu’il existe peu de chance que la comète percute Mars, les scientifiques sont curieux de savoir si elle va se désagréger lors de son passage à proximité de la planète rouge, à 139 500 km.

Alors que Siding Spring se déplace dans l’espace à 202 000 km/h, c’est dimanche, à 14h27 que la comète sera au plus près de Mars, un rendez-vous pendant lequel les scientifiques espèrent pouvoir observer sa trajectoire et sa trainée.

Par précaution, les satellites Mars Odyssey et Maven ont été repositionnés pour éviter une rencontre avec d’éventuelles poussières nocives alors que les deux robots martiens Curiosity et Opportunity ont orienté leurs caméras vers le ciel pour capturer l’événement de leur point de vue.

Tout a été mis en place pour observer au mieux ce rase-motte à l’échelle de l’univers, il ne reste plus qu’à espérer que les scientifiques en auraient pour leur impatience.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa Lune avait des éruptions à l’époque des dinosaures
Article suivantiPad Air 2 : plus fin, plus léger… et plus cher

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here