Comment est-ce que l’Apple Watch sera vendue ?

9to5mac a eu vent de la procédure de vente de l’Apple Watch, ce qui nous permet de savoir comment elle sera vendue.

Comment est-ce que l’Apple Watch sera vendue ? 9to5mac a la réponse vu que le site a pu obtenir la procédure qui sera appliquée dans les boutiques.

Dès que le client pénétrera dans un Apple Store, il sera pris en charge par un Genius, en employé d’Apple qui l’amènera vers une nouvelle table-vitrine où tous les modèles Apple Watch seront exposés, pas forcément le modèle or qui sera réservé à seulement certaines boutiques.

Devant cette vitrine, le client aura tout son temps pour découvrir les montres au travers de la vitre. S’il est décidé d’aller plus loin, il pourra ensuite indiquer ses modèles favoris à l’employé. Celui-ci va alors conduire la personne dans une autre zone où le client pourra essayer les différents modèles sélectionnés. Les modèles seront présentés dans une boîte réservée uniquement aux tests.

À ce stade, le client pourra librement choisir le modèle qui lui convient le mieux.

Comme pour les autres produits Apple, l’acheteur d’une Apple Watch pourra souscrire une assurance, AppleCare ou AppleCare+, lors de son achat. S’il n’opte pas immédiatement pour l’assurance, il aura un délai d’un mois pour se décider.

Hormis la nouvelle table-vitrine, les Apple Stores auront aussi des écrans de démonstration où les clients pourront tester toutes les combinaisons possibles pour se faire un meilleur aperçu, mais aussi se faire expliquer le fonctionnement de l’Apple Watch, notamment la possibilité de changer son cadran sous la forme d’une option.

Pour rappel, l’Apple Watch sera disponible en précommande dès le 10 avril prochain, et commercialisée à partir du 24 avril, dans neuf pays : Australie, Canada, Chine, France, Allemagne, Hong Kong, Japon, Royaume-Uni et États-Unis. Son prix de départ est de 399 euros, il peut monter à 13 000 euros pour le modèle de luxe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTim Cook lance un appel contre la discrimination
Article suivantLe retour de la Lincoln Continental

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here