Le concept Setsuna Primé au Festival Automobile International

Presque entièrement réalisée en bois, l'étude de style Setsuna traduit l'intention de Toyota de donner une forme à la relation que bâtissent les gens avec leur voiture.

Le concept Toyota Setsuna a remporté le Grand Prix de la Créativité au Festival Automobile International, remis lors d’une cérémonie organisée à l’Hôtel national des Invalides à Paris.

Le Grand Prix de la Créativité du Festival Automobile International a été remis à Didier Gambart, président de Toyota France, pour le concept Setsuna, lors d’une grande cérémonie qui s’est tenue à Paris à l’Hôtel national des Invalides. Les 32 membres du jury, constitué de journalistes et de personnalités reconnues de l’univers du luxe, de la mode et du design, a été séduit par la technique de fabrication traditionnelle qui tranche avec l’aspect le plus souvent très futuriste des concept-cars.

« Nous sommes très heureux de recevoir ce Grand Prix de la Créativité dans un cadre aussi prestigieux », a déclaré Didier Gambart, président de Toyota France. « Dans un univers automobile de plus en plus marqué par les nouvelles technologies et la connectivité, le concept Setsuna entretient l’idée que la voiture reste un objet de désir qui suscite l’émotion et la passion, des valeurs très importantes chez Toyota. »

L’étude de style Toyota Setsuna a été révélée pour la première fois lors de la Milan Design Week en mars 2016. Son nom signifie « moment » en japonais et reflète le caractère à la fois précieux et fugace du temps que l’on passe avec sa voiture.

Le choix d’une structure et d’habillages en bois, matériau durable mais qui évolue dans le temps, traduit l’intention de Toyota de donner une forme à la relation que bâtissent les gens avec leur voiture. La Setsuna symbolise la façon dont une automobile se transforme progressivement et gagne une valeur affective au fil des ans, comme si elle absorbait les aspirations, les souvenirs et les émotions des générations successives d’une famille.

Pour restituer cette idée, Toyota a sélectionné des essences de bois distinctes pour les différentes parties de la voiture, notamment les panneaux extérieurs, le châssis, le plancher et les sièges. Le bois apporte des caractéristiques spécifiques très intéressantes, absentes des voitures conventionnelles : il peut durer des générations s’il est bien entretenu, tandis que sa coloration et sa texture évoluent en fonction de l’environnement (en particulier la température et l’humidité) ainsi que des conditions d’utilisation, en lui donnant un aspect et une patine uniques.

Kenji Tsuji, l’ingénieur Toyota qui a supervisé le développement de la Setsuna, explique ainsi la façon dont il a procédé : « Nous avons étudié différentes façons d’exprimer le concept et sélectionné différentes essences de bois pour des usages précis, comme le cèdre du Japon pour les panneaux extérieurs et le bouleau japonais pour le châssis. Pour l’assemblage, nous avons adopté une technique de menuiserie japonaise traditionnelle dite okuriari, un procédé employé dans la fabrication des poutres et des linteaux, qui permet de se passer de clous et de vis. Une fois achevée, la carrosserie évoque la coque d’un bateau. Nous aimerions aussi qu’en la regardant, les visiteurs imaginent la personnalité propre que prendra petit à petit la Setsuna au fil des ans. D’ailleurs, elle dispose d’une horloge graduée sur 100 ans qui comptabilisera le temps d’une génération à l’autre. »

Setsuna

L’étude de style Toyota Setsuna est exposée jusqu’à fin juin au Rendez-Vous Toyota à Paris.
Le Rendez-Vous Toyota. 79, avenue des Champs-Élysées. Paris.

Horaires d’ouverture : dimanche au mercredi de 11h00 à 20h00 ; jeudi au samedi de 11h00 à 23h.

Principales caractéristiques

Principales caractéristiques
Principales caractéristiques

La Toyota Setsuna en vidéo :

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn nouveau moteur essence 1,5 litre pour la Toyota Yaris
Article suivantUne performance unique en l’honneur du lancement du nouveau Toyota C-HR
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here