Condamnations pour un groupe antiradars sur Facebook

Le tribunal correctionnel de Rodez a prononcé des suspensions de permis à l’encontre des membres d’un groupe Facebook qui donne la localisation de radars dans l’Aveyron.

Depuis que 15 membres du groupe Facebook « qui te dit où est la police en Aveyron » ont été convoqués par la justice, celui-ci a vu son nombre de fans bondir de 50% à quelque 13 000 fans.

Pour avoir donné la localisation des radars dans l’Aveyron, ce groupe d’entraide entre automobilistes a été condamné par le tribunal correctionnel de Rodez à des suspensions de permis d’un mois. Alors que huit accusés étaient également poursuivis pour « outrages », ce chef d’accusation n’a pas été retenu.

Alors qu’il s’agit d’une condamnation inédite qui pourrait faire jurisprudence, Me Rémy Josseaume, expert en droit automobile, qui défend 11 des 15 prévenus, a déclaré que « C’est extrêmement préoccupant ». « Si ce qu’ils font est interdit, alors tous les avertisseurs de radars devraient être interdits, tous les journaux et les radios locales qui signalent les radars vont être fermés » soulignant que les boîtiers de « solutions d’aide à la conduite » ont été autorisés par le Conseil d’État en 2013, des produits commerciaux qui reposent sur une communauté de membres avertissant de « zones de danger », un euphémisme pour signaler la possible présence d’un radar.

Considérant que « Il s’agit d’un jugement hypocrite », Me Josseaume indique attendre d’avoir consulté ses clients pour savoir si un appel sera interjeté.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle finance une campagne de test génétique
Article suivantOrion : premier vol du successeur à Apollo

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here