ConferenceCam Connect : Logitech propose de la vidéoconférence tout-en-un

En dévoilant son ConferenceCam Connect, Logitech présente une solution légère de vidéoconférence tout-en-un permettant d’équiper une salle à la volée.

C’était au printemps 2012 que l’équipementier Logitech avait lancé le pari de proposer des solutions simples pour équiper une salle de capacité de vidéoconférence. En présentant son ConferenceCam Connect, la firme suisse semble avoir relevé le défi.

Alors que 60 millions de salles de conférence dans le monde ne seraient pas équipées, Stéphane Delorenzi, directeur de la stratégie, explique : « Les entreprises nous demandaient une version offrant plus de mobilité, afin de transformer une salle possédant un écran de TV en salle de visioconférence ».

Se présentant sous la forme d’un cylindre d’une trentaine de centimètres de haut et pesant environ 700 grammes, la ConferenceCam Connect est une solution légère pour équiper une salle rapidement vu qu’elle se présente sous la forme d’un tout-en-un.

Compatible Windows, Mac OS et Chromebox, la ConferenceCam Connect ne nécessite pas d’installation de pilote. Elle supporte par ailleurs les principaux logiciels de vidéoconférence que sont Lync, Skype, Jabber, WebEx, Hangouts, GoToMeeting, Lifesize, Vidyo ou encore Zoom.

La ConferenceCam Connect peut tout autant utiliser un ordinateur pour exécuter un client de messagerie, ou s’en affranchir vu qu’il supporte le standard Miracast. Dans ce cas, la solution peut reproduire le contenu (présentation, vidéoconférence) affiché sur un smartphone sur une TV.

C’est depuis ce lundi que la ConferenceCam Connect est commercialisée au prix de 500 euros, une solution qui s’adresse aux vidéoconférences d’une dizaine de personnes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentImpression 3D : premier pas vers le téléporteur de Star Trek
Article suivantProject Zero : Google dévoile 3 failles non corrigées d’OS X

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here