Connected Wheelchair : un fauteuil roulant connecté bien plus utile que les autres objets connectés

Alors que toute l’attention high-tech est focalisée sur Apple et ses nouveaux produits, c’est dans une indifférence pratiquement totale qu’Intel a dévoilé sa Connected Wheelchair. Pourtant, il s’agit d’un fauteuil roulant connecté qui pourrait changer la vie de nombreux handicapés et non pas de simples gadgets.

En matière de médiatisation, les projecteurs sont rarement pointés vers les présentations les plus utiles. C’est ainsi que tout le monde s’est focalisé sur Apple et ses gadgets alors que la présentation d’Intel s’est déroulée dans une indifférence pratiquement totale.

S’il est commercialement plus intéressant de parler de l’iPhone 6, de l’iPhone 6 Plus et de l’Apple Watch, le quotidien de nombreux handicapés aurait voulu que l’on parle plus de la Connected Wheelchair d’Intel.

Connecté à internet, ce fauteuil roulant sait se diriger tout seul et est capable de veiller sur la santé de son utilisateur. Concrètement, cette chaise roulante sait se diriger toute seule pour trouver des lieux et des itinéraires praticables pour les handicapés.
Plus que cela, il analyse en temps réel les constantes médicales de son utilisateur et est même capable de les transmettre à un médecin en cas d’urgence.

En la personne de l’astrophysicien britannique Stephen Hawking ce projet a eu droit à un bêta-testeur de renommée mondiale. Alors qu’il est atteint d’une sclérose latérale amyotrophique (SLA), ou maladie de Charcot, il collabore avec Intel depuis plus de dix ans sur des solutions technologiques aux handicaps. Comme il le dit lui-même : « La médecine ne peut pas me soigner, alors je m’en remets à la technologie. La technologie me permet d’interagir avec le monde, elle me permet de me déplacer et c’est grâce à elle que je peux vous parler en ce moment. Elle me permet tout simplement de vivre ».

Alors que Stephen Hawking se dit enthousiasmé par cette Connected Wheelchair qui va « considérablement aider les handicapés dans leur vie de tous les jours », il est tout de même désolant de découvrir que la présentation de ce produit a été passée sous silence par de nombreux médias high-tech.

L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, le 29 août 2012 à Londres.
L’astrophysicien britannique Stephen Hawking, le 29 août 2012 à Londres.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : l’iPod Classic quitte la scène par la petite porte
Article suivantHangouts se dope de fonctionnalités de Google Voice

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here