Le Conseil national de recherches du Canada victime d’une cyberattaque chinoise

Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a dû fermer son réseau suite à une cyberattaque en provenance de Chine.

C’est par un communiqué que le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a annoncé que son système informatique a été la cible d’une cyberattaque de la part de pirates informatiques chinois.

Confirmée par le Centre de la sécurité des télécommunications, le gouvernement annonce que « l’auteur de l’attaque est un acteur hautement perfectionné parrainé par l’État chinois ». Dans son communiqué, le CNRC annonce avoir informé le Commissariat à la protection de la vie privée, les clients et les parties intéressées de l’attaque, mais ne donne aucun autre détail en raison de la sécurité et de la confidentialité entourant la procédure en cours.

Il est tout de même précisé que le système informatique du Conseil national de recherches du Canada a été fermé pour une période prolongée, qu’il a été isolé du réseau du gouvernement par mesure de précaution et qu’« un travail en étroite collaboration avec des experts et des partenaires spécialisés en sécurité » était en cours afin de mettre en place une nouvelle infrastructure plus sécurisée, une tâche « qui pourrait durer un an environ ».

Si rien ne laisse penser pour le moment que des données aient été volées, le CNRC annonce encore que tout sera mis en œuvre pour minimiser les perturbations occasionnées par la fermeture de son réseau.

Des Chinois ont piraté le Conseil national de recherches
Des Chinois ont piraté le Conseil national de recherches

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRecharger son smartphone à l’énergie solaire grâce au WakaWaka Power
Article suivantDans un premier temps, Orange compte boycotter Netflix

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here