Un contraceptif connecté pour 2015 ?

Est-ce que le préservatif et la pilule contraceptive seront prochainement remplacés par la technologie ? C’est en tout cas ce que prévoit MicroChips pour 2015.

Afin de répondre aux problèmes de contraception des femmes, MicroChips est en train de mettre au point une solution technologique sous la forme d’un implant contraceptif sans-fil. Constituée de microréservoirs, la diffusion des doses de contraceptif sera activée à distance.

Placé sous la peau ou dans l’abdomen du patient, cet implant de 2 cm et d’une épaisseur de 7 mm devra résister aux agressions du corps humain. C’est ainsi que les microréservoirs seront fermés par un joint d’étanchéité en titane et platine, des matériaux qui se désagrégeront que lorsqu’un courant électrique est appliqué, c’est-à-dire lors de l’envoi d’un ordre de la télécommande de l’implant.

Soutenu par la fondation Bill et Melinda Gates, le projet de MicroChips avance bien vu que des tests sur des femmes sont d’ores et déjà prévus pour l’année prochaine alors que la commercialisation de cette nouvelle technologie ne devrait intervenir qu’à partir de 2018.

Il faut bien évidemment préciser que la sécurité est au cœur des préoccupations de MicroChips vu qu’il ne faudra surtout pas que l’implant puisse être accidentellement déclenché à distance, surtout que la durée de vie du dispositif est prévue pour une durée de 16 ans.

Un système de microréservoirs activable via une télécommande permet de disperser dans le corps une dose de contraceptif.
Un système de microréservoirs activable via une télécommande permet de disperser dans le corps une dose de contraceptif.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBêta test pour Destiny dès le 17 juillet
Article suivantFoxconn : 10 000 robots pour assembler les iPhone 6

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here