Corée du Sud : Google inaugure son premier campus en Asie

Après Londres et Tel-Aviv, c’est à Séoul que Google a inauguré son premier campus en Asie dédié à l’innovation.

C’est en présence de Park Geun-Hye, la présidente de la Corée du Sud, que Google a inauguré à Séoul son troisième campus dédié à l’innovation.

Après Londres et Tel-Aviv, Séoul a droit au premier campus de Google en Asie.

C’est dans le quartier chic de Gangnam, une sorte de Silicon Valley sud-coréenne, que ce campus a officiellement ouvert ses portes ce vendredi. « Nous arrivons au moment critique où des start-ups coréennes vont prendre une dimension internationale », s’est félicité Jeffrey Lim, le patron du campus.

Ce campus réunit des salariés de Google, des entrepreneurs accomplis, mais aussi de jeunes créateurs désireux de lancer leur startup dans un pays qui a longtemps privilégié les « chaebols », les mastodontes industriels tels que Samsung.

« La bonne chose en Corée, c’est que nous évoluons, et nous pouvons évoluer très vite », a déclaré April Kim, cofondatrice et PDG de ChattingCat, une start-up qui développe une application de correction automatique de l’anglais.

Il est à noter que dans le but d’aider les projets innovants, alors que les jeunes entrepreneurs se plaignent des nombreux obstacles administratifs qui découragent l’initiative, le gouvernement sud-coréen a débloqué en 2013 une enveloppe de 3 300 milliards de wons (2,7 milliards d’euros) sur trois ans.

Il est à noter que Google prévoit également l’ouverture de campus à Sao Paulo, Varsovie et Madrid.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMotorola : les Moto X ont déjà droit à Lollipop 5.1
Article suivantLe Chat de Philippe Geluck rapporte 868 000 euros au Fonds Erasme
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here