Couche d’ozone : inversion de la tendance

Est-ce que l’homme a réussi dans sa mission de protéger la couche d’ozone ? C’est ce que laissent penser les résultats de la dernière évaluation de la situation.

Les scientifiques qui évalués les efforts entrepris en matière de protection de la couche d’ozone sont formels : le trou dans la couche d’ozone diminue, et même la couche d’ozone reprend de l’épaisseur sur l’ensemble de la planète.

Cette inversion de la tendance trouve certainement son point de départ dans le protocole de Montréal signé en 1987, un accord pour lequel 196 États se sont engagés à supprimer les CFC, ces fameux gaz à effet de serre. Si les industriels ont réussi à remplacer les gaz contenus dans les aérosols, les systèmes de réfrigération de nos frigos et de nos climatiseurs, il n’en demeure pas moins que les nouveaux gaz restent préoccupants pour la couche d’ozone.

Dans son évaluation, les scientifiques soulignent que le trou dans la couche d’ozone se forme toujours au-dessus de l’Antarctique, mais que sa taille ne grossit plus, qu’il pourrait même se résorber à partir de 2050. Alors que cette évaluation est faite tous les quatre ans, reste à espérer que cette tendance perdure, car la couche d’ozone est essentielle en tant que filtre pour les rayons UV du soleil pour éviter des cancers de la peau et des cataractes chez l’homme, mais aussi pour réduire les effets dommageables sur le plancton et la végétation.

La réduction du trou de la couche d'ozone est notamment liée aux efforts des industriels.
La réduction du trou de la couche d’ozone est notamment liée aux efforts des industriels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 9 : Microsoft officialise un event pour le 30 septembre
Article suivantOS mobile : un smartphone sous Ubuntu Touch pour décembre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here