Croissance toujours en panne pour Yahoo!

Avec un chiffre d’affaires trimestriel en baisse de 4% et un bénéfice net en recul de 19%, les derniers résultats financiers de Yahoo! sont décevants, mais sont surtout le signe que la croissance du groupe est toujours en panne.

C’est mardi que Yahoo! a publié ses derniers résultats financiers. Avec un chiffre d’affaires trimestriel en baisse de 4% à 1,08 milliard de dollars et un bénéfice net en recul de 19% à 270 millions de dollars, pour un bénéfice par action de 37 cents, les chiffres du groupe internet ne sont pas bons, ce que Marissa Mayer, directrice générale du groupe, qualifie de « pas satisfaisants ».

Alors que les chiffres annoncés sont la preuve que la croissance du groupe est toujours en panne, Yahoo! a profité de cette annonce pour indiquer que le groupe allait pouvoir conserver une participation plus importante que prévue dans Alibaba.

En effet, en vertu de l’entrée en bourse du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, Yahoo! aurait dû vendre des titres détenus. Grâce à un nouvel amendement obtenu avec Alibaba, le nombre d’actions à vendre passe de 208 millions à 140 millions d’actions. Selon Ken Goldman, directeur financier, du groupe américain, « au moins la moitié » de cette manne financière sera reversée à ses actionnaires.

Après l’annonce des mauvais chiffres du trimestre, cette nouvelle a certainement de quoi réjouir les actionnaires même si, à l’avenir, la diminution de sa participation dans Alibaba risque d’avoir un impact sur les résultats de Yahoo!, ce qui ne devrait pas contribuer à relancer la croissance.

Yahoo! déçoit, la croissance toujours en panne
Yahoo! déçoit, la croissance toujours en panne

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNokia : les Lumia 625 et 925 passent à Windows Phone 8.1 grâce à Cyan
Article suivantGalaxy S5 Neo : une déclinaison low-cost avant la fin de l’année ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here